Muté ailleurs

Publié le par thact

Après un début prometteur, je continue mon métier de choix, avec double activité payé comme infirmier, et bénévole de la sécurité civile. Maintenant que je suis à la grande ville, ville que je connais à fond puisque j’y vis depuis l’age de 15 ans, profitons de la liberté de divorcé et vivons à cent à l’heure !
Bonjour, madame, bonjour Monsieur, je suis le nouvel infirmier muté dans votre service, et je viens faire connaissance. A bien vous venez de ce service spécial ,vous allez raconter à vos collègues d’ici comment ça marche là-bas ! Le ton est donné, je suis en face d’une matronne qui sort tout droit vu son age, sa corpulence, des écoles de bonnes sœurs  de la vielle époque. «Bien souvent les écoles d’infirmières, métier féminin étaient souvent issus de couvents et dirigés par des religieuses  ».Les traditions venaient également que les couvents recevaient tout ce qui passait dans la rue, pèlerins malades et autres, et les asiles furent souvent d’origine religieuse. C’est moi la surveillante chef, le patron vous recevra plus tard et vous verrez mon adjointe plus tard également elle est occupée pour le moment. Trente ans après la mémoire ne me faillit pas, je me souviens toujours de cet accueil qui fut à la fois chaleureux et significatif. Un c’est moi qui commande ici, deux je ne la ramène pas !
Cela s’est confirmé plus tard, c’était bien le genre qui commande tout, le service, les agents le patron pour lui indiquer un traitement éventuel à administrer, et de plus toujours là quand on en a besoin ou même quand on n'en a pas besoin ! Ça change du dernier hôpital le premier ou j’ai commencé, ou là-bas on ne la ramenait pas trop, et il n’y avait que des agents masculins. Il y avait les grands chefs, les sous-chefs les petits chefs, et la patronne pour diriger le service. Quand on arrivait on nous informait que nous étions jeunes, « un peu court en études » par rapport aux clients dont nous allions côtoyer et que nous avions huit heures pour nous défendre et les autres vingt-quatre pour nous observer !
Bon revenons à notre hôpital de la grande ville ,l’évolution de la psychiatrie, des soins de proximité qui se mettent en place ,le plein boom !
Voilà je visite le service, on me dit que je vais travailler là à tel endroit, on me présente les collègues, puis brièvement l’hôpital, l’administration, et le reste.
Retour dans le bureau significatif de la chef principale il est en hauteur !
Et évidemment premier planning. Vous avez pris vos congés de l’année jusqu'à présent ? oui madame, heureusement car ici on vous ne les aurez pas donnés si vous ne les aviez pas pris là-bas  !

Publié dans le changement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article