c'est dimanche !

Publié le par thact

Les patients en profitent

Oui ce sont bien eux qui en profitent,je propose un atelier vidéo ,on va choisir un programme, une émission, un film,pour ceux qui veulent participer, les week-ends sont dédiés à ces moments ,et l’on se retrouve  donc avec au départ un intérêt commun, celui de partager quelque chose !
Pourquoi le samedi ou le dimanche après midi, c’est le moment ou les médecins sont peu présents dans le service,les patients sont ceux qui ne sont pas sortis en permission ou chez eux, et parfois c’est dans ces moments-là que l’on se retrouve seul sans but précis.
L’activité d’un tel atelier  permet à la fin du visionnage du sujet choisi à l’avance avec le groupe, film, ou documentaire, ou enregistrement déjà réalisé, sorties ou autres, de pouvoir s’exprimer par la suite.
Plusieurs avantages, en s’exprimant, on a un droit celui d’être ou non écouté par les autres, c’est celui de pouvoir parler !
Déjà première des choses, on donne une chance à l’autre en étant soignant de pouvoir dire ce qu’il pense ce qu’il veut délivrer comme message,quel est son ressenti , si cela dérape souvent du sujet principal ce sera parfois beaucoup plus apporteur d’éléments constructifs pour la personne.
Ça permet aussi de savoir comment on a vécu par rapport à un autre, ce moment de visionnage, les réactions sont souvent différentes, les réflexions philosophiques débordant du sujet entraînent une grande réflexion commune !
Ensuite il y a le moment d’observation du soignant,comment la personne a été captivée par le sujet, comment elle réagit ,quel est son sentiment à la fin, le sujet avait-il été choisis dans un but précis,envie de revoir, de revivre quelque chose, de ressentir une fois de plus un plaisir,  d’avoir déjà-vu quelque chose qui avait plu ?
Bien souvent mis à part le moment d’occupation que représente cette activité les personnes se sentent bien et en profitent pour faire un peu le vide psychologique dirais-je, ils vivent autre chose se changeant les idées.
Personne n’est obligé d’y venir,on programme ensemble ces moments-là,ainsi on est sûr que, sans obligation, la personne vient avec plaisir.
Même si il ou elle ne dira rien à la fin, ce ne sera pas pour cela que la personne ne reviendra pas la prochaine fois !Mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’en parlera pas non plus à d’autres moments, parfois ou il faudra prendre le temps de l’écouter !
Drôle de métier ou l’on prend toujours son temps pour écouter les autres,enfin à l’époque où c’était possible de le faire !
Petit aparté :ce que l’on entend plus maintenant, à l’époque ou la moindre réunion d’amis, de rencontres, était quand on abordait le sujet de la profession toujours la même réflexion :
Tu travailles là-bas et alors ça n’a pas déteint ?,il paraît que, on dit que, quand le vent souffle plus fort ça les excite, oui et moi aussi quand le vent souffle plus fort je ne souhaite qu’une seule chose que les cons se mettent à voler !
Genre de réflexion qui a disparu en même temps que le métier d’infirmier (ere) en psychiatrie, on ne les entend que plus rarement,mais les tabous sont toujours  présents !

Publié dans histoire de choix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article