Encore plus qualifiés

Publié le par thact

Les soignants changent

On a la chance de pouvoir maintenant choisir les formations que l’on souhaite suivre dans le cursus professionnel , et cela c’est nouveau , car jusque-là c’était l’époque où l’on envoyait qui l’on voulait en formation.Une  nouvelle ère arrive, bien que contrôlées, accordées après décisions des chefs de services, directeurs, cadres,spécialistes en formations  on arrive parfois à ce que l’on veut suivre comme formation. Vingt ans de retard avec les autres hôpitaux !
Suivant les formations souhaitées, cela apporte toujours un plus dans le prise en charge avec les patients. Allant de l’amélioration des soins, aux méthodes diverses de technicité pour certaines aux apprentissages d’activités occupationnelles ou de réflexions pour d’autres.
Les patients bénéficient bien sur de ces retours en améliorant leurs séjours courts ou longs dans les services. Je suis intéressé par la luxthérapie, et donc je suis une petite formation permettant de pratiquer cette technique, le chef de service ayant souhaité utiliser cette technique, on apprend la technique. Spécialisé dans les dépressions, notre chef de service utilise toutes ses connaissances en la matière et nous utilisons cette technique dans les prises en charge.
En un temps record, les dépressifs sont remis dans le circuit de la vie sociale,et peu coupés de l’extérieur,même si c’est une maladie très longue à soigner, on peut vivre à l’extérieur tout en suivant un traitement hospitalier assez efficace sans être hospitalisé en permanence.On ce fait bien soigner en dialyse tous les jours idem pour les dépressions pour comparer !
Etre dix a douze jours maximum hospitalisé pour une dépression  pose réflexion à certains, mais pour qui connaît son travail c’est un constat régulier !
Peu d’échecs dans ces méthodes de soins pour plusieurs raisons,on sait que c’est long à soigner (plusieurs années), on suit une méthode de soins assez efficace au départ, hospitalisé ,puis depuis l’extérieur et la coupure avec la vie active est très raccourcie !Et l’on prolonge un traitement qui est équilibré en permanence pendant une longue période.
Avoir le temps de soigner fait partie de la méthode normale, prendre le temps de comprendre le mécanisme déclanchant de la dépression, adapté à chaque situation, fait partie de la qualification de professionnels spécialisés à cette époque.
C’est l’époque de la vraie psychose ,celle qui est clairement identifiée, aigue, chronique,et c’est plus facile à prendre en charge et à traiter !
D’ou les formations qui peuvent permettre des progrès !
Actuellement quand on voit des stomatologues vous soigner en psychiatrie , ou faut il aller se faire soigner on se demande !

Publié dans histoire de choix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article