Mise au point

Publié le par thact

Petit aparté


Que peut-on faire comme différence entre manière de soigner et manière d’être soignant ?
Je vous pose la question, comment on prend en charge un patient, et de quelle manière ?
Vous avez suivi jusque-là si vous avez respecté l’ordre chronologique diverses aventures en psychiatrie, mais jusque-là nous n’avons pas encore bien marqué cette différence entre soignants de même niveau.
Les infirmières DE (diplômé d’état) ,arrivent dans les services de psychiatrie, les infirmières et infirmiers  de secteur psychiatriques les voient d’un mauvais œil !
D’une part les grands syndicats infirmiers des diplômés d’état ont refusé une équivalence aux infirmières et infirmiers en psychiatrie, d’autre part la profession sera supprimée carrément, et pour finir  elles veulent venir les remplacer en psychiatrie.
Donc aucune formation pour les unes, aucune spécialité reconnue pour les autres, le soin en psychiatrie va devenir difficile !
Premièrement les rapports de services vont changer, on ne va voir que des observations somatiques !
Comment soigner avec cela, en santé mentale !
Deuxièmement la manière et là je viens aux points les plus importants, autant nous prenons le temps en psychiatrie, les vieux infirmiers autant les nouvelles sont pressés dans leur travail !
Par exemple en service de médecine générale on doit faire une injection en un temps donné point c’est tout !
Alors arriver en psychiatrie et ne pas comprendre qu’une injection à faire ne peut être chronométrée cela leur pose des problèmes, et pourquoi elle n’est toujours pas faite cette piqûre au bout d’une demi-journée voire plus parfois !
En psychiatrie, on a le temps ,il faut parfois évaluer la possibilité de pouvoir faire un soin, voire de le reporter voir d’attendre l’acceptation volontaire du patient, voire avoir de la patience !
Donc incompréhension de ce coté là !
Ensuite la différence en psychiatrie autant d’infirmières que d’infirmiers, différence très appréciée par tout le monde, on a parlé des patients, mais les infirmières aiment bien aussi avoir quelques hommes à leurs cotés, très rassurant et bonne ambiance !
Et la différence majeure je dirais, celle que l’on ne remarque, j’en suis persuadé jamais, c’est d’être à la hauteur du patient !
Soit sur une chaise, soit à même hauteur que lui dans sa chambre quand il est couché ,soit assis à coté, en face ,dans un entretien, là est la différence avec une infirmière de soins généraux qui vient de sa hauteur à elle vous intimer vous préparer car elle veut faire un soin et ne passera aucun moment de relation verbale avec le patient, elle n’a pas le temps !
Grande différence majeure pour une personne soignée, être a sa hauteur, c’est  se mettre à sa place pour le comprendre voilà un rôle important que personne ne remarque jamais !
Dernière observation : merci dans ma carrière à celles qui sont venues en psychiatrie travailler auprès de nous car elles ont pour certaines appris beaucoup de choses, sur le terrain et ont changé leur comportement au niveau du soin et de la relation.
Cela n’est pas sans intérêt, mais nous avons que c’était un comportement sans aucune arrière-pensée même si elles en tiraient des bénéfices secondaires comme on dit !
Travailler avec des hommes, apprendre autre chose soigner autrement, mais aussi grands regrets quand nous serons complètement disparus des services, « I.S.P.en voie de disparition » !

Publié dans histoire de choix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article