En faisant ce choix on savait

Publié le par thact


En faisant ce choix de profession on le savait à l’avance .



Donc je disais que quand nous avions fini notre formation, on était employés dans des hôpitaux psy. Mais cela était comme je le dis, une formation spécifique  qui vous donnait le droit de soigner des gens mais aussi de les prendre en charge totalement.de la tête aux pieds si je puis dire, la fonction évoluera dans le temps nous le verrons plus tard. Il fallait prendre tout ce qui entoure le patient dans son ensemble, et nous avions dans les services des taches variées, nous étions désignés par les chefs pour cela tous les jours ça changeait. Un jour, on était d’office, un jour de cour, un jour de pharmacie, un jour, un jour, un jour, il fallait tout faire !Le ménage, les soins ,les médicaments à préparer, a aller chercher à la pharmacie tous les jours , les bilans  à faire et à emmener au laboratoire, le pécule accompagner le patient à la recette. Emmener le patient aux spécialistes radios, dentistes gynécos, généralistes, électroencéphalogrammes et autres consultations extérieures ou intérieures à  l’hôpital. La tache d’infirmier étant variée, on le voit, le patient était quand même toujours notre préoccupation, non seulement le soin auquel il avait droit, mais aussi tout ce qui le concernait dans son ensemble  .Bien souvent entrés en situation détresse les patients n’avaient plus de repères sociaux,financiers  ,familiaux ,et l’on se devait de les aider dans leurs démarches autant que pour leur confort. Même la messe du dimanche matin était dans le catalogue, on verra plus tard que cela pouvait être important pour tout le monde.
Il fallait savoir jouer avec les chefs qui étaient rigoureux à l’époque, et en ce temps-là tout le monde les respectait.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article