Je vous aurais je vous aurais !

Publié le par thact

Je vous aurais  je vous aurais !

 

Par contre madame Matrone suit tout ce qui se fait , est au courant de tout, indique au médecin chef le traitement qu’il faudrait peut-être d’après elle, enfin ce qu’elle en pense c’est ça et pas autrement, là encore on remarque que le poids de la dame inspire le respect sinon  gare !
Le seul qui en fait les frais c’est le chef ,il passe ses journées dans le bureau à compter les croix (des absents, des présents,)et calcule ses congés et les nôtre !
Évidemment quand madame matrone s’annonce depuis le fond du couloir en vociférant (c’est souvent le signe qu’elle arrive dans le service) et le couloir est long, elle passe obligatoirement devant le bureau de monsieur le surveillant qui en prend pour son compte à chaque fois.  .Ah alors ça va les feuilles ? et, sans plus de considération, elle vient voir et saluer les infirmiers qui eux travaillent. La différence se fera ainsi pendant des années, à chaque fois que le signal est donné qu’elle va arriver, dès que nous entendons du bruit au fond du couloir, si jamais on n’était pas occupé à ce moment-là, on l’est immédiatement. Tout est bon pour cela, les infirmiers doivent tout faire, ranger le linge, nettoyer le sol, balayer, éventuellement s’occuper des patients, ranger les repas. Donc un manche de balai traîne toujours dans un coin à proximité, une armoire à linge, et quand madame déboule, on plie du linge, on balaie, on est toujours occupé. Bingo, on est félicité haut et fort, et le surveillant en prend pour son grade, vous voyez, eux ils sont occupés au moins. Et dès qu’elle a le dos tourné, il sort de son bureau en furie :bande d’enfoirés, je vous aurai un jour !


Publié dans je vous aurais a tous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article